Un marchand, une prime, .. M'voyez ?





 

Partagez | 
 

 Un marchand, une prime, .. M'voyez ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Bahamut
Fonda powa

Feuille de personnage
Faction: Dragon
Age: Plusieurs millénaires
Attributs:
Attributs
Com
MagieEruPrésDiscré°EveilAdaptSocial
Stats
????????????????
MessageSujet: Un marchand, une prime, .. M'voyez ?   Lun 22 Juin - 22:30

Une nouvelle prime.

Il semblerait qu'il soit de race humaine. Sia regarde la missive qu'elle avait reçu.
Oui c'était bien un humain... Elle ne les aime pas trop, et pour le coup celui-ci encore moins puisqu'il semblerait que se soit un Fëanturi . Elle n'avait que peu de détail. Tout ce qui était écrit, était assez simple :

 Homme d'ample carrure, d'âge mur, la peau bronzée, long cheveux brun commun  jusqu'à l'épaule,  yeux  gris acier, environs 1m75.

Faction Fëanturi, marchand nomade, pouvant rapporter des informations dans toutes les villes ou il passe.

Objectif de la mission : en apprendre plus sur lui, et le tuer s'il est activiste.



Elle reprit la missive, relu le début. Puis repris. Elle parcourut les grande lignes, et appris qu'il était dans la capitale Lunaria. La encore, elle soupira. Se ne serait pas chose aisée que cette chasse à l'homme, en pleine ville, entourée de garde. Il lui faudra faire très attention.

Elle rangea la missive, arrangea ses affaires puis se mit en route vers la Capitale. Une fois arrivée, elle évita les gardes plus que possible. Généralement ils ne la remarque pas vraiment, mais certains aimerait l'avoir dans leurs lit .... Et puis elle voulait repérer un chemin de secours en cas de fuite de sa prime. On ne sait jamais, surtout en pleine ville, tout pouvait arrivée. Elle se renseigna alors doucement, mais surement. Pour le moment aucune trace de la prime.


Sia finit par s'énerver. Comment trouverait-elle ce marchand avec si peu d'information... Elle se perdit dans ces pensées .

Elle faisait tout de même attention à ne pas croisée le chemin des gardes ou de personnes douteuse. Au bout de deux heures elle n'en pouvait plus, ses recherches n'aboutissaient pas et elle avait besoin de repos. Elle se dirigea vers la taverne la plus proche, et entra. Elle s'installa au fond de la taverne et commanda une assiette de légume, de la viande et une bière.


- Elle a de quoi payer la d'moiselle ?! Qu'je me fasse po rouler, m'voyez ?!

Sia le regarda droit dans les yeux. Elle sortit 8 pièces de cuivres de sa besace et les posa lourdement sur la table. Les tavernier de la capitale avait l'air très craintif vis à vis des nouvelles têtes. Alors que le tavernier aller les prendre, elle en reprit une. Et elle lui répondit sèchement.

- J'en ai pour 7 pièces, pardon. Et je suis une habituée du coin, faite attention à vos paroles.

Elle lui fit un clin d'oeil, en signe d'avertissement et le tavernier fit demie tour, ces pièces en main, elle le vit mordre les pièces une à une, comme si elles avaient été fausse, ce qui mit Sia hors d'elle.

Si elle n'avait pas été en mission, elle lui aurait arraché les dents une à une ! Elle avait horreur que la prenne pour une voleuse ou une menteuse ...

Elle réfléchit à une stratégie pour le retrouver. Riverouge était une grande ville, mais elle en connaissait chaque recoins, il ne lui serait pas difficile de trouver un marchand.

Elle finit son assiette rapidement, se leva, rajusta ces vêtement et sortie.  La place du marché était grande, mais elle connaissait les trois quarts des marchands, elle devrait s'en servir. Elle s'avança donc doucement dans l'allée, cherchant du regard celui qu'elle devait trouver. Elle fit le tour rapidement, puis, soudain, une tête inconnue l'interpela. Elle regarda longuement l'homme, comparant les écrits de sa missive à ce qu'elle voyait. Elle s'approcha alors de son stand, regardant ce qu'il pouvait bien vendre.


- Que vendez vous exactement ?

La question était idiote, mais il lui fallait bien commencer par quelques chose ..




Bahamut
Bahamut
Messages : 306
Date d'inscription : 26/03/2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terre-erebion.1fr1.net
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un marchand, une prime, .. M'voyez ?   Mar 23 Juin - 16:14

La place du marché de Riverouge avait toujours fasciné Meryon. On vendait bien, sans difficultés même au milieu de sa foule compacte, pressée entre les étals des différents marchands, locaux ou plus exotique, le tout dans un tohu-bohu constant. Ce qu'il pouvait comme une matinée calme ici aurait sûrement été toute ses recettes du jour dans une ville moins grande, voir de tout son séjour dans un patelin de campagne. Certes, il y avait ici de la concurrence, un sacré paquet même, mais il s'entendait bien avec les autres marchands et vendait assez de tout et de rien pour trouver sa place ici, sans même avoir a hausser le ton pour les harangues des marchands qui fusaient pour couvrir le vacarme de la foule.

De plus, son emplacement était a l'abri, ayant monté son étal dans un des coins de la place, près d'une taverne ou il venait passer un peu de temps lors de ses passages ici, abrité du vent et de l’éventuelle par les bâtiments ramassés. Déjà deux jours qu'il était ici, multipliant les ventes, ses stocks diminuant dangereusement. Il serait bientôt temps de lever le camp, repartir faire une tournée du continent pour refournir sa collection hétéroclite d'objets. Encore un jour ou deux, selon la vigueur de ses ventes.

Il était d'ailleurs en pleine réflexion quand a l’itinéraire de son trajet de réapprovisionnement quand la demoiselle avait accosté son stand . Réfléchir et manger un bout, sur le pouce, une tranche de pain avec du fromage, en attendant le gueuleton qu'il se payerait plus tard a la taverne.
Prenant son temps pour finir sa tartine, il avait profité de la manœuvre pour examiner en détail l'inconnue. Plutôt jeune, des vêtements de bonne facture, une arme a la poignée usée a la ceinture, le port de quelqu'un qui savait se démerder... Voila bien une demoiselle qui ne devait pas venir acheter des breloques pour un bal costumé tiens.

La question l'avait fait sourire, lui vendeur en tout et en rien, quand a savoir ce qu'il avait « exactement ». Englobant d'un geste large du bras son étal, il s'était laissé aller a la présentation de son hétéroclite assortiments d'objets, les manipulant afin de les présenter a la potentielle cliente.


« Et bien, j'vend de tout ou presque, mademoiselle ! Même si a vu d'nez j'aurais tendance a croire que vous venez pas remplir un vaisselier ou illuminer une soirée dansante avec un bijoux de prix, on va essayer d'vous trouver un truc qui vous aille.

M'étant avis qu'vot'épée n'est pas la pour décorer, j'ai la tout un assortiment de lames en acier nain, forgées par un vieux briscard de ma connaissance. Poignards, Stylets, dagues, glaive, épée courte ou longue, fauchon... comme vous pouvez l'voir, un joli paquet d'armes de qualités et avec le poinçon de l'artisan sur chaque, pour témoigner que je vous raconte pas de conneries.

Après, si vous cherchez plus dans le complément, je fais aussi dans l’arbalète, de poing, plus plate d'une catin mal montée, a même de tenir a la cuisse ou sous un manteau sans faire de vagues. Dans le plus gros modèle, j'ai celle la. Clairement, vous n'allez pas percer de l'acier a 80 pas, faut être réaliste, mais vous ferez quand même trembler dans ses chausses le premier pisse-froid venu en lui pointant l'engin sous le nez.

Mais bien entendu, j'ai pas que des armes, loin de la. Si c'est ce que vous recherchez, j'ai graisses et huiles pour l'entretien de votre équipement, des pierres, ponces ou a aiguiser, ceintures et baudriers de cuir tanné pour ranger votre attirail.

De même, bien qu'étant pas cordonnier de métier, j'connais bien, d’expérience, l'importance d'une bonne paire de bottes, solide et confortable a la fois, surtout quand on doit marcher longtemps. Et je parle même pas du fait d'voir le faire sans que le cuir craque comme dix milles démons. J'ai différentes pointures, si jamais le cœur vous en dit d'essayer. Comme vous pouvez le voir, c'est du pratique, pas ces cochonneries avec des boucles et des fanfreluches pour godelureau en goguette, non madame.

Si vous prévoyez de partir dans le nord, j'ai aussi fourrures et habits chauds, en provenance direct des montagnes glacées. Vous risquez pas d'avoir besoin d'une petite laine avec ça, d'autant qu'même si l'odeur une fois mouillée est pas terrible, ce truc est aussi solide qu'une jaque de cuir quand il s'agit d'amortir un coup. »


Même si cela n'était pas vraiment encore tout a fait dans son caractère, Meryon se montrait volubile, le geste ample, l’œil vif, la voix gouailleuse quand il s'agissait de vendre ses produits. Bien qu'avec peu de l'habituelle exagération des marchands quand a la qualité de ses marchandises, question de fierté. Après tout, un vrai amateur se rendrait sûrement compte de l'effort déployé pour avoir son stock.
Après une courte pause le temps de reprendre son souffle suivant sa diatribe, il avait invitée la demoiselle a tourner son attention vers un autre pan de son étal, avant de reprendre sa présentation soutenue de ses articles.


« Par ici, on touche plus au nécessaire de l'érudit. Encres de couleur, nécessaires a écriture, support pour copie, de quoi tailler et aiguiser vos plumes... comme vous pouvez le voir, y'a de quoi devenir une véritable scribe en herbe. D'autant que j'ai aussi compas, règles et équerres, si jamais vous avez du calcul a faire, toute rigoureusement crées par et pour des mathématiciens, le fait d'un ingénieur de forges qu'j'connais depuis un bout d'temps maintenant.

J'ai aussi un lot de cartes, aussi bien terrestre que marines, couvrant tout le continent et les îles proches, avec les routes maritimes indiquées. Vous pourrez noter qu'elles ont plutôt bien vécues, et qu'on peut trouver l’échelle de chacune en compagnie de la légende en bas.

Si vous aimez la lecture, j'ai un petit bréviaire, quelques recueils d'histoires et des ouvrages sur notre histoire, la religion et la géographie, consultez les si ça vous fait plaisir, j'vous en prie, c'est la meilleure façon de se rendre compte de la valeur de ses petits bijoux.

De ce coté la, vous allez plutôt trouver ce que j'appellerais mon lot d'articles de luxe. Des teintures venues tout droit de mon désert natal, des bijoux de prix, que j'ai achetés au vil de mes voyages, tenant autant de la broche elfique que du torque nain, en passant par la chevalière pour gentilhomme ou la boucle d'oreille fantaisie pour madame. J'ai aussi quelques soieries, si vous aimez les beaux tissus, des caftans de couleur vive, des tuniques brodées, des draps aussi doux qu'un soupir, de la coutellerie en bon argent, de la verrerie colorée... enfin, vous voyez bien.
Si vous avez envie de vous faire un petit plaisir culinaire, je peux vous proposer aussi tout un lot d'épices que je ramène des îles, afin de se faire un petit goût d'ailleurs, si vous avez une envie de soirée exotique.

Voila, j'pense avoir fait un peu le tour d'ce qu'j'peux vous proposer ma p'tite dame et comme vous l'voyez, j'ai un stock sacrement fourni. Je serais blessé que vous trouviez pas votre bonheur dans mon fourre-tout, alors, j'vous écoute, qu'est ce qui pourrait vous faire plaisir ? »


Remettant en place les petits flacons d’épices, Meryon en était revenu a l'examen de sa potentielle cliente, animé de sa vigilance tranquille coutumière, s'enquillant une rasade d'eau, la gorge sèche après autant de papote, relevant d'une pichenette son chapeau usé en attendant la réponse de la demoiselle.
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Bahamut
Fonda powa

Feuille de personnage
Faction: Dragon
Age: Plusieurs millénaires
Attributs:
Attributs
Com
MagieEruPrésDiscré°EveilAdaptSocial
Stats
????????????????
MessageSujet: Re: Un marchand, une prime, .. M'voyez ?   Ven 26 Juin - 14:24

Sia soupira. Cette question avait vraiment été idiote. Et voilà que le marchand lui déballe tout son stock.

D'un naturel peu patient, elle le laissa tout de même parler. L'écoutant attentivement, cherchant dans son langage quelque chose qui le trahira peut être, qui la mènerait sur une piste quelconque. L'homme parlait rapidement, expliquant bien ce qu'il avait en stock. Il était compréhensible et semblait connaitre un paquet de truc. Il débitait énormément d'information à la minutes, comme tout bon marchand qui se respecte pensa t-elle.

Alors qu'il finissait de lui expliquer, montrer tout ce qu'il avait, elle lui sourit. Qu'allait-elle bien pouvoir faire maintenant ?


- Je suis désolée, je ne suis pas réellement intéressée par quoique se soit... Je suis désolée de vous avoir fait perdre votre temps ! Je repasserais peut être plus tard si je n'ai pas trouvé mon bonheur, car il est vrai que vous vendez tout de même pas mal de chose ..


Elle lui fit un signe de la tête et s'éloigna. Si elle voulait en apprendre plus sur lui, il lui faudra le surveiller de loin.

Elle alla donc se poser un peu plus loin, à l'écart de son regard. Elle était partit doucement, de façon à ne pas lui donner de soupçons. Elle regardait les autres étales, rapidement, laissant croire qu'elle continuait son marché, mais elle ne restait pas loin de là ou il était posé avec son étale de marchandise.

Elle le surveilla, vit d'autre client passer, sans pour autant que cela apporte quoique se soit à sa mission. Elle commençait à se dire qu'elle avait fait tout ce chemin pour rien.

Elle se posa dans un coin, observant toujours, jusqu'à ce que le marchand ce décide à bouger, ou que la nuit tombe et que chacun remballe son matériel pour le lendemain.




Bahamut
Bahamut
Messages : 306
Date d'inscription : 26/03/2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terre-erebion.1fr1.net
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un marchand, une prime, .. M'voyez ?   Ven 26 Juin - 14:55

Pour une fois, Meryon était tombé a court de mots devant la conduite moins que civile de la demoiselle. En règle générale, on fait au moins semblant de s’intéresser a un objet, on marchande puis on abandonne de bonne grâce... On ne tourne pas les talons avec une demi-excuse a peine crédible! Revenir? Et pourquoi pas lui apporter une outre de vin inépuisable pendant qu'on était dans la fantaisie?

Ravalant un juron bien senti, dans l'argot de marin qui le poursuivait depuis ses jeunes années, il s'était contenté de la regarder partir avec tout le mépris qu'il était capable de mobiliser dans un regard noir. Ce qui faisait beaucoup. D'autant plus avec les rires discrets des autres camelots du cru, se gaussant de son infortune. Foutre-ciel!

D'humeur beaucoup moins jouasse suite a cette mésaventure, il avait chassé la rencontre de son esprit d'une lampée d'alcool de grains, le point du jour encore très loin de tomber, jusqu’à oublier le souvenir même de la demoiselle, avec ce propre aux marchands habitués aux conduites indignes.

Le reste de la journée avait été des plus "standards", succession de ventes diverses, baratinant a qui mieux mieux sur des étoles avec son voisin drapier, échangeant ragots et rumeurs dans les temps morts avec les autres marchands, bref, une journée bien remplie qui allait le laisser fourbu, les genoux douloureux et la gorge sèche. Mais la bourse pleine, une carriole a moitié vide et l'esprit plein de nouvelles anecdotes, de rumeurs fantaisistes et de récits d'ailleurs. Ce métier était vraiment une bénédiction pour un homme aussi curieux que lui.

Marchand consciencieux, il avait fini par remballer ses marchandises uniquement a la tombée de la nuit, démontant et rangeant avec la force tranquille des gestes mécaniques de celui qui a déjà accompli ce rituel des milliers de fois, avant de ramener ses affaires dans la petite annexe de l'auberge ou il résidait quand il était en ville. Plutôt calme en règle générale, le fait d’être connu ici lui permettait sans difficulté de disposer d'une table a sa guise, les serveuses autant que le patron veillant avec bienveillance sur ses affaires. Apres tout, il consommait une sacrée quantité a chaque passage ici et ne faisait jamais de grabuge personnel.

S'installant tranquillement a son emplacement habituel, il s'était attelé a la rédaction de ses comptes du jour, additionnant les sommes, débitant de son inventaire ses ventes, bref, en plein travaux d'intendance en attendant la plâtrée de saucisses épicées, le bock de bière et le pain noir commandé. Un repas simple et nourrissant, dans un cadre chaleureux. Que demander de plus?
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Bahamut
Fonda powa

Feuille de personnage
Faction: Dragon
Age: Plusieurs millénaires
Attributs:
Attributs
Com
MagieEruPrésDiscré°EveilAdaptSocial
Stats
????????????????
MessageSujet: Re: Un marchand, une prime, .. M'voyez ?   Mar 7 Juil - 1:17

Sia avait observé du coin de l'œil le marchand, durant toute la journée. Elle avait tourné dans l'allée, regardant les étales d'un œil peu attentif.

Lorsqu'elle finit par le voir remballer sa marchandise, elle se dirigea vers l'auberge ou il résidait. Durant la journée elle avait réussi à avoir quelques renseignements sur lui. Il semblerait que se ne soit qu'un simple marchand itinérant, vendant sa marchandise et comptant quelques histoires qu'il avait lui même entendu ailleurs.

Elle entra tout de même dans l'auberge ou il résidait. Il lui fallait un endroit ou dormir et surtout il fallait qu'elle vérifie ce qu'elle venait d'apprendre sur lui. Elle entra donc dans l'auberge avec sa grâce féline habituel et se dirigea vers l'aubergiste. Sans jeter un seul regard en arrière, elle savait que son homme était là.


- Eh aubergiste ! Eune bière s'teu plait !

Elle lui fit un clin d'œil, elle était habituée à fréquenter ces petite auberge sur Riverouge depuis qu'elle avait rencontré Ganen quelques mois auparavant. Elle connaissait bien l'aubergiste comme beaucoup ici d'ailleurs. Même si elle savait qu'elle risquait sa couverture, elle parla comme à son habitude pour que l'aubergiste de ne se doute de rien.

- Eh tiens ! Sia, ça faisait un bail qu'on t'avais vue !

- Les affaires comme d'hab, t'sais comment j'suis ! Elle baissa légèrement la voix, comme si elle était fatiguée, Le marchand qui dort là, c't'un de tes informateurs ?

- Boh nan! Lui un informateur ? Haha !

Sur ceux il ne dit rien de plus. Le doute s'accrochait dans l'esprit de la jeune femme. Elle prit sa bière et se leva. Elle s'approcha du marchand, cherchant comment l'abordé.

-Eh ! Z'êtes le marchand de tout à l'heure ! Je suis revenue sur votre étal taleur, z'étiez déjà partie ! Vous serrez là demain ? Elle baissa la voix, Votre arbalète de point m'intéresse, mais tout à l'heure, je ne pouvais pas trop en parler ! Je suis connu sur le marché, et si j'achète aut'part que chez les habituel, je vais me faire descendre, m'voyez ?

Elle était sincère, elle ne pouvait se permettre, en connaissant 3/4 des marchands d'acheter ailleurs s'en risquer sa peau, surtout que beaucoup connaisse son métier.

Elle sourit au marchand espérant qu'il ne lui en voudrait pas trop, elle fit signe à l'aubergiste de les resservir tout les deux, et s'en attendre s'installa en face de lui.





Bahamut
Bahamut
Messages : 306
Date d'inscription : 26/03/2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terre-erebion.1fr1.net
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un marchand, une prime, .. M'voyez ?   Ven 10 Juil - 10:02

Même une bonne plâtrée de saucisses n'avait pu réprimer le sourire ironique qui était monté aux lèvres de Meryon en apercevant la demoiselle si impolie se glisser dans la taverne. Et glisser était le terme, a ses yeux. Elle n'entrait pas dans une pièce, elle s'y faufilait avec un silence discret, pour endosser une sorte de rôle souriant. Ce qui n'avait pas manqué de lui faire lever le sourcil devant la transition naturelle de ses attitudes. Voila qui éclairait d'un nouveau jour la demoiselle en question.

Ce qui lui avait fait dresser le sourcil, voir la garde, c'était de voir la maligne en question venir l'approcher, tout a fait naturellement, pour des excuses et... rien de moins qu'une arme ? Grimaçant un sourire fort peu affable, ne pouvant pas sentir cette dernière définitivement, il s'était empêcher de lui intimer de se barrer sur le champ, contraint a grommeler sourdement pour exprimer son déplaisir, la demoiselle visiblement habituée du lieu, comme le confirmait et son attitude, ses paroles et le regard d'avertissement clair du tavernier depuis son coin. Celle-la ne jouait pas pour le plaisir, mais bien pour gagner.

Opinant un remerciement silencieux a cette dernière pour le remplissage de sa chope, il s'était ménagé un temps de réflexion en mâchonnant tranquillement une saucisse fortement poivrée, débarrassant tranquillement la table de son bordel comptable, avec  une lenteur tranquille, limite a ne pas calculer son invitée surprise.
Finissant de nettoyer, il avait rapproché sa chaise, plantant les coudes sur la table en joignant les mains a hauteur de mâchoire, pour regarder droit dans les mirettes la demoiselle, la voix légèrement grasseyante, rauque a force de parler tout le jour, sans même prendre la civilité de baisser le ton.


« Ma bonne dame, autant j’apprécierais presque vos excuses, autant j'prefere qu'on joue cartes sur tables.

J'ai jamais été trop pote avec le hasard, et vot'trogne me revient pas des masses en tête, donc j'me dit qu'y'a anguille sous roches d'fait. D'plus, quand on achète des tapis, c'est pas franchement l'vendeur de carpettes du coin qui le prendrais tellement mal si vous alliez acheter chez le désertique de passage voyez ? Donc vous devez pas exercer le métier le plus tranquille du coin, si vous voulez mon avis.

D'autant quand on vient me causer pour des armes, certes qu'j'vend, mais aussi qui tombe dans la catégorie qu'un péquenot local a pas vraiment l'usage, j'pense qu'on est d'accord sur ce point. J'tiens d'ailleurs a vous prévenir, étant un commerçant qui tiens a son estime de lui-même, j'vend pas d'poisons, de carreaux barbelés ou autres saloperies de malandrins, traîne-savates et égorgeurs a la petite semaine. Et d'toute façon, j'compte pas du tout vendre a ce genre de raclures d'bas fonds. »

Meryon s'était crée par la suite un petit temps de pause en sirotant sa biere et un morceau de saucisse, son attitude statuant clairement ne pas avoir fini sa tirade, visant seulement a laisser a ses paroles le temps de faire impact et aux apparences de rester sauves avant de reprendre plus calmement.

« Le truc qu'm'chiffonne, c'est qu'j'suis pas sur d'savoir si vous faites pas juste partie de la catégorie supérieure des égorgeurs, voir même des trucideurs officiels. Et qu'en toute conscience, j'peux pas vous vendre ce genre de saloperies sans savoir qui vous êtes. Donc, si vous voulez faire affaire, j'pense qu'il va falloir qu'on cause sérieusement, ma bonne dame. »

Se calant plus confortablement au fond de sa chaise, il s'était mis a bourrer sa bonne blague a fumer d'un mélange d'herbe, s'occupant les mains en toute innocence pour bien faire passer le message qu'il ne souhaitait que discuter en tout bien tout honneur, tout a fait prêt a écouter avec toute l'attention nécessaire la demoiselle. Ou, le cas échéant si elle prenait mal ses questions, a renverser la table a grands coups de genoux.
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Bahamut
Fonda powa

Feuille de personnage
Faction: Dragon
Age: Plusieurs millénaires
Attributs:
Attributs
Com
MagieEruPrésDiscré°EveilAdaptSocial
Stats
????????????????
MessageSujet: Re: Un marchand, une prime, .. M'voyez ?   Mer 29 Juil - 17:34

Alors qu'elle venait d'arrêter de parler, il prit la suite de la discussion.

« Ma bonne dame, autant j’apprécierais presque vos excuses, autant j'prefere qu'on joue cartes sur tables.

J'ai jamais été trop pote avec le hasard, et vot'trogne me revient pas des masses en tête, donc j'me dit qu'y'a anguille sous roches d'fait. D'plus, quand on achète des tapis, c'est pas franchement l'vendeur de carpettes du coin qui le prendrais tellement mal si vous alliez acheter chez le désertique de passage voyez ? Donc vous devez pas exercer le métier le plus tranquille du coin, si vous voulez mon avis.

D'autant quand on vient me causer pour des armes, certes qu'j'vend, mais aussi qui tombe dans la catégorie qu'un péquenot local a pas vraiment l'usage, j'pense qu'on est d'accord sur ce point. J'tiens d'ailleurs a vous prévenir, étant un commerçant qui tiens a son estime de lui-même, j'vend pas d'poisons, de carreaux barbelés ou autres saloperies de malandrins, traîne-savates et égorgeurs a la petite semaine. Et d'toute façon, j'compte pas du tout vendre a ce genre de raclures d'bas fonds. »


Il fit un temps de pause, mais elle savait qu'il n'en avait pas finit, en plus d'être marchand il aimait parler. Elle attendit alors qu'il finisse, écoutant ce qu'il lui disant, pour ne plus le froisser.

« Le truc qu'm'chiffonne, c'est qu'j'suis pas sur d'savoir si vous faites pas juste partie de la catégorie supérieure des égorgeurs, voir même des trucideurs officiels. Et qu'en toute conscience, j'peux pas vous vendre ce genre de saloperies sans savoir qui vous êtes. Donc, si vous voulez faire affaire, j'pense qu'il va falloir qu'on cause sérieusement, ma bonne dame. »

Sia sourit, elle comprenait bien ce qu'il lui disait, c'était donc à son tour de s'expliquer avec lui.

- Comprenait bien que mon comportement de tout à l'heure n'était pas pour vous offenser. J'exerce comme vous l'avez dit plus tôt un métier dangereux. Beaucoup ici me connaisse et savent très bien à qui ils ont affaire. Ma réputation n'est plus à refaire, mais peu d'entre eux connaisse le visage sous lequel je travaille. Tous connaissent un nom, mais personne ne connait mon visage. Je ne dirais rien de plus, hormis que mon métier me permet de vivre et d'acheter de nouvelles armes pour mieux travailler. Je ne peux me permettre d'aller à droite à gauche sur un marché comme celui ci, ou mon visage est connu. Vous ne savez pas qui sont réellement vos voisins, et j'ai tendance à me méfier de tout et tout le monde. Alors gardez vos craintes sur moins bien au chaud, je ne vous veux aucun mal, sauf si vous avez quelques choses à cacher ...

Maintenant, je ne cherche pas les histoires, juste une arme de distance qui m'aidera lors de mes prochaines aventures.  Nous pourrions même devenir ami


Sur ces belles paroles, elle lui fit un clin d’œil, puis fit signe au tavernier de lui rapporter à boire, elle regarda le marchand.

- Je vous fais resservir quelques choses ?

Elle demanda aussi de quoi manger, leurs discussion n'était pas terminée, et elle durerait surement encore quelques temps, sauf s'il l'a foutait dehors à coup de savates.




Bahamut
Bahamut
Messages : 306
Date d'inscription : 26/03/2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terre-erebion.1fr1.net
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un marchand, une prime, .. M'voyez ?   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un marchand, une prime, .. M'voyez ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prime et renom de l'homme au boomerang
» [Achats] Marchand Ambulant
» Un moment de déprime [Libre]
» [Marchand Ambulant]
» Petit coup de déprime [Jeremy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Archives-
Sauter vers: